festival

Qui ne connaît pas le fameux festival de théâtre qui fit la renommée d'Avignon ?

Tous les plus grands artistes s'y sont un jour retrouvés, soit sur les planches, soit dans ses rues...

Mais savez-vous exactement d'où et comment il est né ?

Le Festival d'Avignon est né lors d'une exposition d'art contemporain en 1947, où se sont retrouvés le critique d'art Christian Zervos (l'organisateur de l'exposition), le poète René Char et le comédien-metteur en scène Jean Vilars, auquel il fut demandé de venir présenter son premier grand succès public : "Meurtre dans la cathédrale" - et ce dans la prestigieuse cours d'honneur du Palais des papes. Habitué des petites scènes informelles, Jean Vilar déclina cette belle offre qui pourtant propulserait sa carrière. Cependant, il est conscient de l'importance de ce challenge, il finit par proposer trois autres pièces : "Richard II" de Shakespeare ; "Tobie et Sara" de Paul Claudel et "La Terrasse de midi" de Maurice Clavel. C'est succès qui l'incite a réitérer l'expérience l'été suivant.

Amoureux de la création, Jean Vilars s'entoura d'une troupe fidèle où nous trouvons, entre autres, Michel Jouvet, Jeanne Moreau, Maria Casarès ou Philippe Noiret...  D'année en année, ils revinrent sur les planches d'Avignon dont la renommée grandit et lancèrent véritablement ce qui allait devenir l'un des plus grands festivals de théâtre du monde ! 

Fi des références parisiennes, Jean Vilars voulut un théâtre nouveau, inovant, moins "bourgeois" et ouvert à tous. En un mot décloisonner le théâtre ! Petits et grands, sans condition sociale requise, devaient pouvoir s'y retrouver. C'est pourquoi il s'attacha à promouvoir tous les styles théâtraux contemporains ou classiques. 

Dans les années 60, fort de sa popularité, Jean Vilars cherche à décentraliser le théâtre en le faisant sortir de la cour du Palais des papes et en lançant de plus petites salles en ville, comme le théâtre des Carmes, répondant de la sorte à son premier voeux d'un théâtre populaire, "à la portée" de tous. Voilà né, en 1966, le festival off

Du théâtre, certes, mais aussi de la dance ! Le talentueux danseur étoile, , vient s'y produire en comapgnie de sa troupe, élargissant, de fait, le champs artistique du festival qui s'élargit encore avec l'arrivée du cinéma de Jean-Luc Godard (1967) ou François truffaud (1968), de la musique de Jorge Lavelli (1969) et du théâtre jeunesse de Catherine Dasté (1968).

Jusqu'à sa mort en 1971, Jean Vilars ne cessa jamais de travailler à faire progresser l'étendue et l'éclectisme du festival d'Avignon et, en particulier, du off.

 

off3

Ce n'est pourtant qu'au début des années 80, sous l'impulsion de son nouveau directeur, Alain Léonard, que le festival off est institutionnalisé et voit la naissance de l'association "Avignon Public Off" (1982)

 

spectacle, place du Palais

 

Depuis ses débuts dans la cour d'honneur du Palais des Papes, le festival a véritablement explosé pour s'installer dans divers lieux urbains, comme les écoles, les jardins des facultés, les gymnases, ou cultuels, dans les inombrables chappelles et églises de la cité papale, ou directement dans la rue, où sont jouées gratuitement de multiples scenettes de promotion. Pareillement, le festival a essaimé tout autour de la ville et des pièces sont dès lors présentées à la chartreuse de Villeneuves-lez-Avignon, dans les carrières de Bulbon ou les salles de Montafvet....

A n'en plus douter, Avignon est devenu, au fil du temps, la scène incontournable où il est bon de se produire !

Tout au long du mois de Juillet, la ville vit, depuis plus de 60 ans, au rythme de son festival, où les touristes se pressent toujours plus nombreux, contribuant pleinement au rayonnement international de ce rendez-vous annuel longuement attendu et préparé.

Il s'est également enrichit d'un grand marché aux livres et aux disques dont les stands s'étalent sur le cours Jean Jaurès et la place de la Poste. Impossible de le rater et de ne pas aller y chiner à l'ombre des platanes !  

marché livres

marché aux livres